#29 Fin d’année

Lorsque je retrouve ma 5ème terrible après le conseil de classe, les élèves ne sont plus que dix, mais ils ont la rage de ceux qui se sont fait des illusions, pensant mériter la moyenne en bavardant, ne faisant pas les devoirs et accessoirement injuriant et provoquant (d’où découle donc un manque d’attention en cours et donc des difficultés de concentration et de compréhension…). Deux élèves ont 1 de moyenne, d’autres 14, mais tous ont le même discours : « vous avec menti au conseil de classe, quand vous nous dites de nous taire on le fait, et on participe et on s’intéresse ». Mon procès dure toute l’heure, après les attaques sur le discours, viennent les arguments ad hominem : « elle est trop moche sa chemise, heureusement  qu’elle n’est plus là l’année prochaine »… Une semaine après, les mêmes, pendant la dernière heure de cours ensemble : « Madaaaaaaaaaame, pourquoi vous partez !? On vous aime ! Vous êtes trop gentille !!!  (De quoi devenir schizophrène) « Vous ne nous oublierez pas, hein !!! (Non, ça c’est sûr, même si je le voulais, je n’y arriverais pas !)

Dans l’autre classe de 5ème, les jeunes filles se sont précipitées sur moi pour me faire des câlins et des bisous lorsque je leur ai dit que je ne serai pas présente au collège l’année prochaine. Alors j’ai pleuré un peu.

On sait ce qu’on perd…

On m’a appelée le 26 juin pour me proposer de faire partie de l’E.M.S., l’équipe mobile de sécurité qui se déplace dans les collèges difficiles et gère les conflits qui s’y déclenchent. J’ai demandé où se trouvaient les belles lettres dans tout cela, on m’a dit qu’il ne s’agissait plus d’enseigner mais de gérer des élèves qui ont craqué. Je ne me suis pas sentie à la hauteur, j’ai gentiment refusé.

 

Publicités

Jour 4 Tricycle motorisé ou touk-touk latino

DSCF8923Chaque contrée sur la planète dispose d’un moyen de transport privilégié en fonction de l’état des routes, des dénivelés, du revêtement (asphalte, terre, sable, gravillons,…), de la distance à parcourir et surtout du niveau de développement du pays et du pouvoir d’achat de ses habitants. A Ica (Pérou), les déplacements au sein de la ville se font en « touk-touks » latinos, peints en vert, rouge, jaune ou bleu. Ces engins sont en fait des mobylettes sur lesquelles est monté un châssis pouvant contenir 3 personnes en plus du conducteur. Leur maniabilité leur permet de se créer des passages improbables, là où aucun autre véhicule ne s’aventurerait.

 Côté prix, c’est tarif unique quelque soit la commission : 1 sol par personne.

Jour 3 Les îles Ballestas et le candélabre

Les îles Ballestas sont composées de formations rocheuses dans lesquelles se trouve une grande variété d’écosystèmes marins côtiers des eaux froides du courant de Humboldt. Habitat privilégié du Fou, de la Sterne inca et du Cormoran de Bougainville, ces îles sont un lieu privilégié pour tout amateur d’oiseaux. Dans la mer, les otaries à crinière (ou lion de mer australe) jouent, sautent et rient, formant un spectacle inoubliable. Pour s’y rendre vous vous entasserez à 30 dans un speed boat (2 x 200 CV) qui s’arrêtera à l’allée devant « le candélabre», un géoglyphe de grande dimension, associé aux lignes de Nazca et aux Pampas de Jumana, dont l’origine, l’ancienneté et la signification constituent encore un mystère. En 2012 ce « tour » a rassemblé plus de 213000 touristes, ce qui en fait la deuxième destination de nature au monde.

Jour 2 Fiesta nacional del Peru

Le 28 juillet 2016, nous avons célébré aux côtés du peuple péruvien le 195e anniversaire de la déclaration d’indépendance du pays par Don José de San Martin. A cette occasion le gouvernement a libéré du labeur de nombreux citadins qui sont venu se masser sur la côte Pacifique. Paracas, petite ville située à 3h de bus de la capitale, fait partie de ces stations balnéaires très prisées lors des fêtes nationales et le hasard a fait que nous nous y trouvions ce jour-là. Le prix de notre chambre ayant triplé en 24 heures nous avons fait le choix de dormir sur la plage à côté d’une bande de hippies et d’étudiants péruviens qui ne pouvaient pas se permettre de payer une chambre d’hôtel. Pas d’état d’urgence et l’interdiction de camper semble suspendus le temps des festivités. Mon ami Cédric fête ses 30 ans !

Jour 1 Anachronisme

DSCF8823

Pension Familia Rodriguez, Cale Nicolas de piérola 730, appartement 201, LIMA.

A notre 1er réveil sud-américain, l’image d’une vieille lampe de chevet avec un abat-jour en laine posée à côté de nos accessoires de baroudeurs des temps modernes donne le ton d’un voyage anachronique. En effet, pour pouvoir profiter au mieux de tous les petits moments que nous offre la vie de vagabond il faut savoir tirer parti de l’avancée de la science sans tomber dans la farce de la course à la technologie. Ici comme moyen de filtration de l’eau, élément indispensable mais néanmoins problématique en voyage car ça pèse lourd et c’est vecteur de maladie (la courante « tourista !»), nous avons fait le choix de la paille CARE PLUS qui filtre  à 0,1 microns protozoaire et virus a un débit de 1,7 litres par minute et qui pèse seulement 65 grammes. A côté, les bouchons d’oreilles en silicone sont la garantie d’une bonne nuit de sommeil salvateur quand les gros moteurs diesels vrombissent sous notre fenêtre. Et  enfin, élément tout à fait nouveau et auquel j’ai longtemps été réfractaire, le téléphone portable s’est invité dans nos bagages car informer et rassurer régulièrement nos proches permet de continuer l’aventure l’esprit léger. Ces équipements semblent en complet décalage avec le mobilier de cette vieille bâtisse coloniale.

Jour 0 Veille du départ

DSCF9474

Partir 6 mois en itinérance sur un continent aussi vaste et varié que l’Amérique du Sud, est un pari qui implique de faire des choix : les pays à visiter, les moyens de transport à privilégier, les associations à solliciter, les sites à explorer, et la veille du départ il a également fallu que l’on fasse nos sacs… L’idée du voyage étant de suivre la cordillère des Andes du milieu du Pérou jusqu’à son extrémité la plus australe, au rythme de nos randonnées, la principale contrainte à J-1 était le poids de nos sacs ! Alors, chaque petit morceau de tissu est passé sur la balance.

Matos de Ja Poids Matos de Je Poids
tente 3100 duvet 1 1165
Matelas 1 530 duvet 2 960
matelas 2 460 couv survie 218
sac 2700 drap de soie 120
frontale 91 drap de soie 120
filtre eau 56 sac 1600
cooker 45 frontale 91
réchaud vide + briquet 1000 doudoune 411
couteau 35 cape de pluie 1 330
Doudoune 550 cape de pluie 2 330
gants 140 gants 116
Bonnet 46 bonnet 46
top 230 top 80
sous-vêtement mérino 230 sous-vêtement mérino 185
polaire 1 410 polaire 1 310
polaire 2 240 polaire 2 550
chaussettes mérino 163 chaussettes mérino 115
pantalon 1 480 pantalon 1 380
pantalon 2 310 pantalon 2 350
sandales 450 sandales 350
chaussures 1870 chaussures 1360
chaussettes légères  x3 240 chaussettes légères  x3 120
cache cou 50 shorts x2 150
lunettes 63 lunettes 63
chapeau 80 chapeau 100
3 T shirts 480 4 T shirts 290
collant chaud 200 collant chaud 190
veste pluie 480 veste pluie 400
slips  x4 270 culottes x4 100
serviette 95 serviette 95
trousse de toilette 750 cache cou 50
papiers d’identité 260 Montre 35
appareil photo total 660 Liseuses 280
Cadenas 100 lunettes de vue + boitier 80
smartphone 145 2 crayons 1 cahier 800
pharmacie 750 PQ 75
Cartes 0 lacets x2 40
brosses à dent 40 Boussole 30
soutifs 190
Total 17799 12275
Total: 30074

Il y a

Il y a des nuits sans sommeil

   Et des jours sans rêves

   Des crépuscules incertains

  Et des aubes blanches.

 

Il y a des jours sans toi

   Qui dureront éternellement

   Et des nuits d’angoisse

   Qu’aucune lune ne guidera

 

Il y a des heures glacées

   Qui dévorent les visages

   Et des heures veines

  Qui rongent les entrailles

Sans trêve

 

Il y a un temps en suspens

  Où la brise s’élève

  Un moment accordé

  Où la lune se lève